Galerie Arp Gallery

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Lise Boisseau


Née à Montréal en 1956, Lise Boisseau vit et travaille à Montréal. Artiste visuelle et pédagogue, elle publie Initiation au langage des arts visuels aux Presses de l’Université Laval en 2008 et enseigne les arts visuels au Cégep Marie-Victorin depuis 1994. Ses études au baccalauréat et à la maîtrise de l’UQAM sont entrecoupées de deux années d’études de la calligraphie en République populaire de Chine. Elle a présenté son travail à Montréal, New-York, Toronto, Ottawa et Mexico. Ses œuvres font partie des collections du Musée d'art contemporain de Montréal, de la Banque Nationale, de la Caisse de dépôts et placements du Québec, d’Hydro-Québec, du Prêt d'oeuvres d'art du Musée national des beaux-arts du Québec, de Loto-Québec, de La Peau de l’ours, et de plusieurs collections privées.


00087
00088
00089
00090
00091
00092
00093
00094
00095
00096
00097
00098
00099
00100
00101
00102
00103

 

La peinture abstraite de Lise Boisseau rassemble des éléments stylistiques puisés à différents mouvements du XX ième siècle. Les processus qui mènent à l’obtention de l’image intéressent l'artiste tout autant que les techniques de fabrication d’un tableau. Les grilles structurent la représentation et, avec le geste, participent à l’illusion. La série des Fictions par exemple, propose une reconstruction de l’espace en conciliant des points de vue contradictoires.

 

La série des Collages réinterprète des oeuvres majeures de la peinture abstraite appartenant à la modernité. Les Collages font cohabiter sur la même toile des langages stylistiques de diverses sources. Collage 10 par exemple, recrée une image identifiable à Marc Rothko et la juxtapose à un motif de vague à la Bridget Riley. La cohabitation de ces espaces de représentation est un défi pour l'artiste. Certains motifs qu’elle emprunte à l’Op Art sont marqués par le travail du pinceau plutôt qu’effectués au hard-edge, une maîtrise qu'elle a développée dans ses études de calligraphie. Selon l'artiste, « le geste contrôlé de la calligraphie impose une présence attentive à l’assèchement de la couleur et au contact avec la surface tout au long de l'exécution; ce qui l’oppose au geste impulsif de l'expressionnisme abstrait ».

 

Ses aquarelles récentes prolongent ces étonnantes juxtapositions. Sous les grilles qui animent la surface de différents motifs colorés, on devine plusieurs propositions de la modernité ordonnées en une nouvelle syntaxe.